Pourquoi le mouvement Maker est si populaire à l’école

Brighton Mini Maker Faire 2012L’article n’est pas strictement lié à la radio et c’est pourquoi je le publie ici. Mais si l’on suit le cheminement des différents articles que j’ai pu publier et/ou écrire sur le sujet, celui-ci est le chainon manquant entre le rapprochement des radioamateurs et des Makers — dont on peut lire l’intérêt dans cette News publiée récemment — et les jeunes, les scolaires.

Même si ce sont deux moyens intéressants, il n’y a pas que les ballons stratosphériques et ISS pour entrer dans les écoles. Il y a une multitude d’idées. Le tout étant d’être un tant soit peu ouvert d’esprit et de remettre en cause régulièrement son travail.

Voici le début de la traduction d’un article dont le lien a été publié sur Twitter. Il traite du fait que si les enfants sont habitués à créer toutes sortes de choses entre la Maternelle et le CP, tout ceci est perdu au profit de l’éducation pure les années suivantes. Et ce ne sont pas l’heure par semaine ou par quinzaine de Travaux Manuels Educatifs (ou divers acronymes qu’on a pu donner au collage de carton, à la couture et au canevas) qui contrediront cet état de fait.

« Why the ‘Maker Movement’ is Popular in Schools »

<< Le mouvement Maker, est un mouvement DIY (Do It Yourself / fais-le toi-même) de personnes qui prennent en main leurs vies, résolvent leurs problèmes et partagent leurs solutions. Et cela progresse dans les écoles qui recherchent des expériences plus authentiques pour leurs étudiants.

Depuis la nuit des temps, les gens ont fait des choses pour résoudre leurs problèmes et améliorer leur qualité de vie. Mais auparavant, le nombre de projets individuels visibles était limité. Maintenant, l’Internet a mis les projets sous les feux de la rampe.

« Ces choses qui étaient habituellement isolées sont désormais largement partagées », dit Sylvia Libow Martinez, présidente de l’association à but non lucratif d’éducation technologique  YES et co-auteur du livre Inventer pour Savoir. […]

Du jardin d’enfant au Cours Préparatoire, les élèves font des choses avec de la pâte à modeler, des legos et autres objets. Mais quelque part sur la route, la mentalité de constructeur a disparu dans les classes supérieures, dit Libow Martinez.

Lire la suite très instructive, en anglais, sur le site du Center for Digital Education

Source : shareahack

Ce contenu a été publié dans Association, Maker, Opinion, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.