Entre rire et désespoir…

… c’est ce que m’inspire un QSO de ce matin pendant le Concours IARU Région 1 VHF.

Cela fait longtemps que je n’ai pas pris le micro pour établir un contact dans un concours VHF pour cause d’antenne non adaptée à ce type de trafic. Malgré cela et comme souvent lors des concours VHF, j’allume le récepteur et fait un tour de bande pendant que je vaque à d’autres occupations. Ce week-end a lieu le Concours qui ouvre la saison en THF, l’IARU R1 VHF, concours 144Mhz en phonie.

Hier samedi, un petit tour le matin n’a sorti que deux stations locales du 91 et du 77, cette dernière étant un radio-club qui émettait dans le bas de bande vers 230. Quelques petits tours dans la journée ne donneront pas mieux.

Ce matin, par contre, en allumant le poste, au lieu de retrouver la station radio-club du 77, j’entends des stations débutant par G avec des signaux assez forts ! Cela n’est pas inhabituel dans ce concours, ni même en règle général, d’entendre des anglais sur 144 à partir de la région parisienne, mais sur une verticale à 60M ASL, c’est déjà beaucoup plus rare. Cet indice me fait penser que la propagation est d’une part plutôt favorable et que d’autre part, une station G a eu la bonne idée de pointer ses antennes vers les F !

Au bout de quelques secondes, j’entends distinctement et sans pourvoir me tromper malgré un QSB très court, G8P (Golf eight Papa) qui lance appel et fait des contacts assez régulièrement, pour de la VHF s’entend. J’entends  aussi une station F, plutôt F4, et même F4F qui essaie de contacter G8P mais sans succès apparemment jusque là. Cette station F est située dans Paris intra-muros.

Nous allons passer environ 30 mn, moi écoutant la fréquence, et la station F4 essayant de contacter G8P. D’habitude je suis plus prompt à prendre le micro et faire le contact mais ne participant pas réellement à ce concours, j’ai peur qu’une tentative de ma part se perde dans le bruit et le QSB, gênant d’autant la station G pour continuer son concours à un bon rythme.

Le F4 continue de donner son indicatif à chaque lâché de micro de G8P, avec un bon temps d’attente laissant un vide où la station G est à son maximum d’attention. G8P n’entend pas la station F4F et continue ses appels avec des réponses à d’autres stations F et G. Le petit jeu continu pendant une bonne vingtaine de minutes.

Le signal de la station G étant plutôt stable et fort, je me décide d’essayer le contact : je me cale au mieux en SSB, mets la puissance à 100W et je réponds. Pourquoi 100W et pas moins puisqu’il y a de la propagation ? Parceque je ne souhaite pas que ce soit un calvaire pour la station en face pour me décoder. Tant qu’à tenter le contact autant qu’il soit rapide et court, surtout pour la station qui vise une bonne place dans le classement. En l’occurrence c’est G8P et pas moi :-)

Donc avec 100W dans une verticale à 60M ASL en JN18DQ, j’appelle assez lentement et un instant très très bref après que le G ait lâché le micro. Je relâche mon PTT… J’attends quelques micro secondes… Rien… J’émets de nouveau mon indicatif, plusieurs fois et lentement…je relâche… toujours rien… Je reprends selon la même méthode en appuyant sur les lettres difficiles du suffixe… Je relâche une nouvelle fois… J’attends un peu plus longtemps et … « F8BXI you are five nine six seven six in JO01QD… QSL ? » … « G8P this is F8BXI, thx for the contact. You are 59 001 in JN18DQ, QSL ? » … »QSL, QSL… Thank you for the contact, 73″ … » Thank you good luck ! » … and so on…

Après mon contact réussi avec G8P, j’entends la station F4F qui appelle une nouvelle fois… toujours sans succès… Je profite d’un creux pour éviter de gêner le plus possible et donne comme indication à la station F4 de passer si possible en verticale. Bien que la polarisation horizontale soit utilisée exclusivement sur VHF et au-dessus, sur certains QSO, notamment quand on passe plus de temps à chasser les locator ou pays que les points/kilomètres, il est bien utile de pouvoir profiter des deux types de polarisation, les rotations de phases et divers trajets avec des réflexions faisant que si on part en horizontal, on ne sait pas toujours très bien comment on arrive chez le correspondant.

Ne sachant pas si la station F4 a la possibilité de passer en verticale, je continue tout de même à écouter pour savoir s’il va enfin pouvoir décrocher ce contact. Il se passe encore quelques minutes où des stations G, F et même DL vont lui passer devant, mais imperturbable, il continue à appeler, quasiment toujours de la même façon et selon le même rythme !

À un moment, la station G revient vers lui mais avec un F2 et le suffixe au complet ! Je me dis qu’il va conclure mais je ne l’entends pas répondre. Je décide de lui donner un coup de pouce en lui indiquant que G8P l’appelle mais en F2xxx et pas en F4. Le F4 rappelle et rectifie, mais il a perdu trop de temps et le timing fait qu’il appelle pendant que G8P est déjà sur l’air… Cela continue quelques minutes et … enfin… le G revient avec son indicatif complet et le QSO démarre… et c’est là que cela devient… pathétique ? dramatique ? comique ? Laissez, que je vous raconte la fin…

Le QSO démarre donc avec G8P qui donne selon la même découpe et le même rythme « F4xxx you are five nine six height three in JO01QD… QSL ? » Bon, là je ne peux pas vous faire la station F4 car cela a été une confusion et une perte de temps terribles. J’indique donc les erreurs et ce qui aurait pu éviter de les faire, au fur et à mesure, en précisant que l’anglais n’est pas non plus le fort de la station F :

  • la station F4F demande la confirmation du numéro de série :
    • mais pourquoi donc ? Cela fait plus de 30 minutes que nous sommes à l’écoute et le numéro de série, comme son nom l’indique, augmente de 1 à chaque contact (s’incrémente). Il est donc facile d’écouter le contact précédent, d’ajouter 1 et de prédire sans trop se tromper le numéro de série que va vous donner la station pour notre propre contact… Non ? Mais le pire du pire c’est quand…

  • la station F4F demande à G8P de confirmer son locator !!!!! :
    • s’il y a deux choses qui ne vont pas changer ce sont bien l’indicatif et le locator (à moins qu’il soit en mobile mais bon, ce n’est pas le cas et le rover n’existe pas dans les règlements européens sur ce type de concours). Mais la cerise sur le gâteau c’est quand…
  • la station F4F va reprendre le micro et donner d’abord un 59 :
    • puis, pris de remord, va donner 55 pour report…
  • la station F4F a un problème de rythme
    • comme déjà indiqué, elle attend longtemps entre la fin de l’appel de G8P et sa réponse. Si vous écoutez bien, chaque station à son propre rythme d’appel qui peut s’apparenter à un rythme de musique. Et pour qu’un morceau soit agréable à l’oreille il faut que tout le monde joue sur le même tempo. En radio c’est pareil : mieux vous capterez le tempo de la station appelante, mieux vous ferez votre QSO simplement et rapidement.

Quel temps perdu et quel gâchis ! Heureusement que G8P a été patient et que les opérateurs sont des gentlemen ! Comme dans mon dernier billet sur le DX en HF, ce qui est important c’est d’ÉCOUTER !!! On ne le dira jamais, mais jamais assez : LA RADIO C’EST D’ABORD DE l’ÉCOUTE !!!

Et pourquoi avons nous perdu cette compétence première du radioamateur ? Simplement parce qu’à une époque on ne devenez radioamateur qu’après de longues années d’écoute, que ce soit seul chez soi ou bien en radio-club ou à la station d’un radioamateur, souvent parrain et/ou mentor.

Aujourd’hui, nous avons le résultat d’une politique d’ouverture tout azimut d’une association nationale, à l’époque, plus fixée sur son chiffre d’affaire en devenir que d’assurer formation et encadrement sérieux à ces apprentis. Aujourd’hui l’association nationale a déjà fait le constat de ses erreurs, consignées dans un beau rapport que tous les administrateurs doivent avoir en copie avec eux chaque minute de leur dévouement à l’association pour bien se souvenir ce qu’ils doivent faire et non pas ce qu’ils veulent faire… La nuance est dans l’écoute :)

Avant de vous laisser musarder en ce beau dimanche ensoleillé, je vais donner quelques éléments afin de mieux réussir nos contacts radio, surtout en VHF, mais tout aussi valable en HF :

– Écoutez et pratiquez ! : ça à l’air d’être bête mais l’écoute se pratique, comme le vélo. Alors au lieu de prendre le micro pour premier accessoire quand vous allumez votre matériel, prenez plutôt le casque ou le haut parleur.

– Écoutez activement ! : il y a l’écoute passive et l’écoute active. Dans la première, l’information n’est pas perçue par le cerveau et est considérée comme un confort, un plaisir. Dans le deuxième cas, l’écoute sert à décoder un message. Dans notre cas, l’écoute sert à sortir une information utile du bruit d’une bande ou de brouillages divers et variés.

Dans le cas de l’écoute active, c’est que l’on veut soit établir un contact avec une station, soit écouter, et donc retenir, les informations données par la station écoutée. À ce moment là, notez les informations que vous jugez utiles mais aussi et surtout, celles qui vous serviront pour établir le contact radio !

En dehors de toutes considérations techniques, de stations, de lieu et de propagation, pourquoi ai-je réussi mon contact avec G8P sans aucune répétition alors que la station F4 a mis beaucoup plus de temps ? Tout simplement en écoutant activement, c’est à dire en ayant noté TOUS les éléments qui me permettaient de faire le contact rapidement : l’indicatif, le locator, le numéro de série probable et dès qu’il m’a répondu, l’heure du QSO. Oreilles, crayon, bloc notes sont les meilleurs outils de l’écouteur !

Ce genre de QSO doit aussi nous permettre de faire des analyses et d’en tirer une expérience afin de faire évoluer notre mode opératoire. Les concours servent à beaucoup de chose, et notamment à devenir un meilleur opérateur !

Si vous lisez ce billet avant la fin du Concours à 1400 UTC, G8P est toujours sur 144.236.70 (environ)

Bonnes écoutes !

Ce contenu a été publié dans Concours, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire