L’ARRL consulte afin de réintroduire une licence Novice

NdR : Ce billet comporte la traduction de l’info venant du site de l’ARRL suivi par des commentaires personnels sur le sujet puis de nouveau une traduction et de nouveaux commentaires. Comme d’habitude, pour faciliter la lecture, les traductions sont entre guillemets doubles, le reste étant des commentaires personnels.

« Une commission ‘Entry Level Licence’ (Licence d’entrée) a été créée et nommée par le conseil d’administration de l’ARRL en Septembre 2016. Dans le carde des travaux en cours, la commission recueille les commentaires des membres et soumettra des recommandations au conseil pour d’éventuelles modifications des règles qui seront soumise à la FCC.

Le résultat pourrait amener des changements pour la ‘Technician Licence’, mais peut aussi conduire à créer une nouvelle licence, plus simple, avec des privilèges qui pourraient donner au nouveaux venus, un aperçu de la plupart des facettes du radio-amateurisme de la HF aux VHF/UHF.

La commission a créé un sondage en ligne pour les membres. Merci de le remplir et de le soumettre avant le 7 Avril 2017. Les résultats de l’enquête seront publiés. »

Le texte intégral, en anglais, sur le site de l’ARRL.

Nul doute que cette enquête va donner du grain à moudre aux associations qui pressent l’administration avec des demandes d’introduction des licences CEPT (dont il conviendrait d’évaluer réellement les niveaux au risque de voir installer des niveaux supérieurs à l’examen actuel).

Dans notre beau pays, nous n’avons vu aucune enquête, d’aucune association, basée sur du réel. Comme souvent dans notre charmant pays, le pragmatisme que l’on envie à nos collègues anglo-saxons n’est pas de mise.

Nous sommes, depuis 1968, dans l’affrontement de dogmatismes : celui qui est Pour et son opposé qui est Contre. Et inversement. Et ce, sur quasiment la totalité des sujets que peut comporter notre activité. Et si par hasard une idée venait à être supportée par les Pour et les Contre, c’est dans la manière de faire qu’on s’opposera. Comme dans Astérix et Obélix, à la différence qu’il n’y a pas de banquet à la fin et qu’il faudrait museler tous les bardes responsables associatifs qui ne savent chanter qu’en produisant du fiel et des fausses notes.

Tout ceci pour dire que ce n’est pas demain la veille que nous aurons une vraie discussion associative sur l’évolution des licences. Il semble aujourd’hui qu’il n’y ait qu’un consensus de façade, car les positions sont toujours les mêmes : une association qui suit l’administration à la lettre sans faire de vague et d’autres prêtes à la baston pour arriver à leurs fins. ‘Fins’ consistant à dire : « Vous voyez, on a raison ! » Expression égotique par excellence !

Pour revenir à l’enquête de l’ARRL, il faut aussi lire le préambule des questions qui se posent à leur problématique, que je traduis ci-dessous :

« Quels sont les problèmes que nous essayons de résoudre ? (NdR : on reconnait là le fonctionnement professionnel des associations radioamateurs anglo-saxonnes)

– La population déclinante de nouveaux radioamateurs en-dessous des 30 ans ;
– Un déclin des nouveaux licenciés actifs en fréquence ;
– Un manque d’attrait pour la radio pour les moins de 30 ans comparé à d’autres activités ;
– Le défi croissant pour recruter et retenir les ‘Technician Licences’ ;
– Une réticence dans une grande partie de la communauté à embrasser les nouvelles technologies qui intéressent la jeune population. »

La dernière mention vient à propos rebondir sur le texte de F4GSC que je publiais il y a peu et sur le billet de F4GBV y ajoutant son expérience.

Pour qui suit ces sujets de près, on voit un pays dont le nombre de licenciés a connu une  progression fantastique ces dernières années avec des chiffres jamais atteint auparavant, (plus de 730 000 licences USA) qui se retrouve confronté à des problèmes de recrutement. Ces problèmes étant le recrutement de jeunes de moins de 30 ans et l’intérêt/pérennité de la plus basse des licences actuelle, la ‘Technician Licence’.

Cela ne vous rappelle rien ? Et oui, ce sont les mêmes questions que se posait la RSGB et l’Ofcom il y a un peu plus de deux ans et que je discutais déjà dans ce billet.

Voici deux pays très proches, par l’histoire, la langue, la culture, les coutumes, l’éducation, … qui ont connu une augmentation faramineuse du nombre de leurs licenciés radioamateurs — grâce à la création de la Foundation Licence au Royaume-Uni et au talent de recruteur de l’ARRL qui a profité de l’émergence de deux mouvements dans leur société avec les prepers d’une part, mouvement qui a connu un renouveau à la suite du 11 Septembre et de l’ouragan Katrina entre autres phénomènes, puis l’arrivée du mouvement Makers et la mise en lumière du coté positif du Hacking — et qui se posent les mêmes questions !

C’est étrange, non ?

Si l’on regarde le premier degré des choses, j’en connais qui vont sauter au plafond pour nous remettre une F0 avec full privilège HF/V/U, numérique, valable à vie.

Or, si vous avez suivi l’histoire, les deux pays se posent la même question (à lire dans le questionnaire ARRL) :

– « Pour encourager le passage à la licence supérieure, la licence d’entrée doit-elle être limitée dans le temps ? »

Pourquoi deux pays plutôt intelligents, sensés et pragmatiques se poseraient la même question alors que dans notre pays nous resterions bornés à donner des droits et privilèges pour une licence de niveau plus faible mais ad vitam æternam ?

Parce que ce qui pourrait choquer dans une possible nouvelle licence Novice en France, c’est que celle-ci dispose des mêmes privilèges qu’une licence classique mais avec un niveau demandé d’examen plus faible et ceci, pour toute la vie !

Il faut reconnaitre que la F4 actuelle demande un effort. Pas insurmontable, mais si l’on part de zéro, cela demande à minima une année d’étude en radio-club et de travail personnel pour avoir une chance de réussir l’examen.

Et il semble que cela ne soit pas compatible avec la société actuelle.

Si nous voulons remettre en selle une licence Novice avec une bonne chance de réussite, il faut d’abord s’asseoir autour d’une table, mettre les éléments sur la table, et discuter de ce qui serait le mieux dans NOTRE contexte et NOS objectifs. En parallèle, une enquête globale vers les radioamateurs français peut amener à consolider des idées ou à contrario, à éviter d’en étudier de vaines.

En conclusion, et pour ceux qui me rendraient comme objection qu’on ne peut pas faire quelque chose de temporaire en France, j’opposerais l’argumentation qui suit.

Ce que l’on nomme communément d’une manière globale ‘la licence’ radioamateur, est composée de deux choses :

1 – l’obtention d’un examen qui donne le titre d’opérateur radiotéléphoniste ;
2 – d’un droit d’accès annuel nommé ‘Taxe radioamateur’ ;

Si pour le premier, l’obtention de ce qui s’apparente à un diplôme semble inaliénable (ce qui reste à prouver par des personnes compétentes et non par des juristes de comptoir), le second est un droit d’accès à un indicatif que nous payons, et donc renouvelons, tous les ans. D’ailleurs, si nous ne souhaitons plus être actif mais conserver notre indicatif, nous pouvons suspendre le paiement et conserver cet indicatif pendant 10 ans. Et quand bien même nous arrêtions plus de 10 ans, il nous suffirait de demander l’attribution d’un nouvel indicatif que nous paierions annuellement pour de nouveau être actif sur l’air.

Alors, qu’est-ce qui nous empêcherait d’envisager de mettre en place une licence Novice avec des privilèges tels que, par exemple, l’accès à toutes les bandes, tous les modes, avec une puissance de 100 W en HF + 6m et 50W au-dessus, avec un examen simple et accessible et ce, pour une durée de l’indicatif limitée à 3 ans ? Au bout des 3 ans, on conserverait le diplôme obtenu donnant droit, ad vitam æternam, à passer la licence supérieure.

On peut même imaginer qu’à l’issue de l’examen, la demande d’indicatif se fasse pour 3  ans non renouvelable.

Chacun aura son avis, ses idées, et comme indiqué plus haut, c’est la raison pour laquelle nos instances associatives doivent avoir un véritable projet commun d’évolution des licences plutôt que des consensus mous qui ne font rien avancer.

N’oublions pas que ce qui arrive aux USA, arrive bien  souvent quelques années plus tard chez nous. Autant prendre de l’avance pour une fois ;-)

Ce contenu a été publié dans Information, Opinion, promotion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à L’ARRL consulte afin de réintroduire une licence Novice

  1. Ping : L’ARRL consulte afin de réintroduire une licence Novice - RADIOAMATEUR-ONLINE

  2. FALCO62 dit :

    no for me !

  3. Ed COCHE dit :

    Moi je suis pour – en licence aviatio légère il y a un brevet simple qui permet au pilote de voler pas loin de son aeroclub après si on veut plus on passe la licence – comme en parachutisme
    brevet simple pour sauter en automatique ensuite on progresse

  4. MARQUES Jean dit :

    Çà c’est surtout bon pour les caisses de l’etat puisque on paye a chaque fois.
    Novice oui mais sans durée limité ni obligation de passer au dessus.
    Cordiales 73’s

  5. Jan Saggiori dit :

    Je pense qu’une licence d’introduction serait idéale pour faire le pas, beaucoup de nous ne le font pas pour la charge de travail et donc cela permettrai de le faire en douceur. Cette licence devrait être sans limite de temps, mais devrait limiter la puissance (100W en HD et 50W en VHF/UHF me semble correctes et déjà bien suffisants, parlons d’un FT991, c’est les limites qu’il a). Pour ensuite monter en puissance 1 KW etc il serait naturel de demander quelque chose de plus. Pour moi, ayant une bonne mémoire mais dislexique, certaines choses comme le Morse, me pausent problème… Tout ceci me semble-t-il est bienvenu !… d’ailleur je fais partie d’une lignée de RA avec mon grand père au début 1900, puis mon oncles dans les années 1950, et j’espère bientôt moi aussi suivre… mais je ne sais pas encore dans quel pays, Italie, Suisse ou France… 7351 à tous

  6. hodique dit :

    pourquoi pas remettre la licence f0 et parrainé avec radio amateur 73

Laisser un commentaire