Tiret-L

Un des QRP local est venu l’autre jour avec un ordinateur portable et une paire de talkie-walkie. Il avait l’allure joyeuse et  une lueur dans son œil. Nous le vîmes venir et, pendant quelques secondes, songeâmes à nous sauver par la porte de derrière. Ce gars était un QRP Hi-Tech et  il voulait habituellement nous parler de choses qui nous passaient largement au-dessus de nos têtes. En repensant à ce que disait le Vieil Opérateur au sujet de notre ouverture d’esprit, et aussi à propos du Code de l’Amateur, nous décidâmes de voir de quoi il en retournait.

Nous ouvrîmes la porte et le QRP surgit à l’intérieur, étalant son équipement sur la table en nous regardant avec une expression de bonheur dans ses yeux. « J’ai trouvé la manière parfaite pour faire des DX ! » proclama-t-il. « C’est tellement plus facile que de suivre la propagation HF, ou d’écouter les rapports DX de Louis les Yeux Rouges  à propos des DX entendus. En outre, le boulot de Louis a été remplacé par les packet clusters.  Qui a encore besoin de lui pour ça ? » Nous y réfléchîmes une minute et nous nous demandâmes qui remplirait le cluster si tous les Louis les Yeux rouges du monde  s’arrêtait. Cependant, nous apprîmes il y a de longues années à ne pas présenter une trop grande logique au QRP.  Peut-être qu’un autre jour nous pourrions présenter cet argument, mais aujourd’hui il semblait avoir d’autres choses en tête.

« Comment vas-tu faire des DX sans connaître la propagation ? » nous répondîmes  soigneusement. « Simple ! » commença le QRP, « je suis ici pour vous montrer comment ça marche. » On a juste jeté un œil pendant qu’il ouvrait son portable et branchait câbles et connecteurs.  « Penses-tu amener tout ça dans le shack ? » demandons-nous, « C’est l’endroit où se trouve le matériel HF ainsi que le coax qui monte aux antennes. » Le QRP grimaça et dit simplement, « Pas besoin. Je travaille sur le DXCC 2M. Je veux aussi être le premier au monde à le faire ! »

« Comment vas-tu faire du DX sans radio et sans antennes ? Et tu sais aussi bien que nous que tu ne peux pas faire ton DXCC 2M sans relais ou satellite.  Les contacts assistés par relais ne comptent pas pour le DXCC, et si tu le fais par satellite, c’est un DXCC Satellite, pas un 2M. »

« Regardez-moi. » dit-il mystérieusement, se baissant et déconnectant notre téléphone de sa prise murale pour y connecter une ligne de son ordinateur.  Nous repoussâmes notre casquette vers l’arrière, nous grattâmes  le front, et ramenâmes notre casquette vers l’avant. « Que fais-tu avec les lignes de téléphone ? » nous  nous enquîmes, nous demandant s’il ne faisait pas quelque chose d’illégal. « Tu ne connecterais pas un de ces trucs pour faire un appel longue distance sans payer n’est-ce pas ? » Le QRP nous regarda, consterné. « Ne soyez pas idiot. » dit-il ; « Je sais ce que je fais. Je connecte mon portable à mon FAI. » Nous ne savions pas exactement ce qu’est un FAI, mais nous pensâmes de suite à la sagesse du dicton « Mieux vaut se taire et passer pour un imbécile que l’ouvrir et ne laisser aucun doute sur le sujet. »

Aussitôt qu’il fut satisfait de son installation, il tapa quelques lignes et l’ordinateur émit quelques sons rauques et des couinements pendant quelques secondes, et quelques fenêtres s’ouvrirent à l’écran. « Voilà », dit-il, « je suis connecté. »

« OK », disons-nous silencieusement, nous demandant à quoi il était connecté. « Voici commet cela marche. » débuta-t-il, « Je me connecte à Internet avec mon portable, et j’ai mon talkie 2M connecté à l’ordinateur avec la RigBlaster. Vous suivez ? » Nous dodelinâmes, et, bien que nous n’étions pas certain pour le FAI, nous savions ce qu’était une RigBlaster et nous savions ce qu’était Internet. Nous avons vu une démonstration d’Internet au grand magasin l’automne dernier. Et un fan de PSK31 a essayé de connecter une RigBlaster sur notre TS-920 l’été dernier.  Bien que nous ne fûmes pas particulièrement impressionné par Internet ou par ce qu’à fait la RigBlaster à notre matériel HF, nous fûmes juste heureux  que le QRP se soit contenté de rester à l’extérieur du shack.

« Maintenant, voici comment ça marche », dit-il, reculant et tenant le second talkie 2M. « Tout ce que je fais c’est de déclencher le nœud Echolink de la station que je veux contacter avec mon clavier DTMF. J’ai cette radio sur la même fréquence simplex que celle connectée sur le portable avec la RigBlaster. En utilisant seulement 250 mW ! Ça sélectionnera la station DX de la liste Echolink et cela nous connectera en VoIP. Puis j’ai juste à lui parler et Bingo ! J’ai fais un qso DX. Je peux me connecter n’importe où dans le monde ! C’est assez habile en fait. »

Nous ne savions quoi dire. Nous décidâmes de demander des éclaircissements malgré notre décision précédente de ne pas laisser de doute sur le fait que nous soyons un imbécile. « Qu’est-ce que la VoIP et qu’est-ce qu’Echolink ? » Le QRP nous proposa un regard de souffrance et répondit « VoIP c’est Voice over IP et Echolink est le logiciel de contrôle installé sur mon ordinateur. Où étiez-vous ces dernières années ? »

Nous décidâmes de ne pas argumenter et répondîmes, « OK, nous comprenons. Bon, où est le DX ? » L’exaspération du QRP augmenta et il laissa échapper « Là où il a toujours été, dans ces pays lointains au-delà de l’horizon comme les VK, ZL, et toute l’Europe et l’Asie. Et dans les Caraïbes et tout ça. Où pensez-vous qu’il soit ? Dans mon ordinateur ? »

Á ce moment nous n’étions toujours pas certain, nous dodelinâmes et le QRP tapa quelques codes sur son talkie. Puis il appela une station GM. Nous sursautâmes au moment où l’accent écossais le rappela instantanément. Non d’un chien ! Nous fûmes impressionnés mais pas convaincu que c’était du DX. Le QRP échangea quelques mots avec la station GM et termina en disant, « Et faites en sorte de confirmer par QSL via le bureau, meilleures 73. » Jusqu’à « meilleures 73 » nous n’avons pas trop mal supporté mais assez c’est assez. « De quelle sorte de sottise as-tu encore rêvé cette fois ? » nous avons hurlé ! « Á chaque fois que tu joues avec des ordinateurs tu viens avec de nouvelles idées pour tricher et gagner plus de points au DXCC, ou pour tordre les règles, ou te comporter comme si tu venais d’avoir ta licence le mois dernier ! Tu le sais bien ! »

Le QRP recula d’un pas puis nous regarda droit dans les yeux. « Ecoute vieux, ce n’est pas parce que tu n’y as pas pensé que cela veut dire que ce n’est pas bien. Ce n’est pas mon idée non plus ! Il y a presque 1000 utilisateurs d’Echolink, peut-être même le double. Même VE1YX l’utilise. Et il a suffisamment d’expérience pour reconnaître une bonne chose quand il en voit une. C’est la vague du futur et il est temps que vous jetiez aux orties cette CW et cette SSB qui sont des technologies du siècle dernier pour nous rejoindre, nous les DXers modernes ! Il n’y a rien d’illégal ou d’immoral à ça. C’est de la nouvelle technologie et ce n’est pas parce que je suis suffisamment intelligent pour  trouver comment faire mon DXCC 2M avec ça que cela veut dire que c’est de la triche ! »

« Pour faire son DXCC n’est-on pas supposé utiliser la radio ?!! » nous nous mîmes à beugler à son attention. « Tu parles à travers un ordinateur avec un talkie ! Cela passe par notre ligne téléphonique et se connecte à un autre ordinateur en Écosse. Où est la liaison bilatérale radio ? »

« Là, dans ma main et dans celle du GM à Edinburgh ! » hurlât-il en réponse avec un cri perçant le rendant rouge betterave tout en secouant vers nous son talkie-walkie. « C’est un bon contact ! » Nous primes une profonde respiration et comptâmes jusqu’à 10. « Comment sais-tu qu’il a une radio à Edinburgh ? » demandions-nous doucement en essayant de ramener la conversation à un niveau civilisé. « Parce qu’il a un L après son indicatif. Cela veut dire qu’il a un lien vers une radio, la même que moi ! Et s’il n’avait pas un L, il n’y aurait que son indicatif et je saurais qu’il n’utilise que le microphone de son ordinateur et des enceintes. Mais ce gars a un L, donc c’est un bon contact ! »

« Comment le L s’est retrouvé derrière son indicatif ? » demandions-nous calmement. « Il l’a tapé quand il a paramétré son logiciel Echolink. » fut la réponse rapide. Nous nous penchâmes  en avant et regardâmes l’écran. Quelques indicatifs avaient un R après eux et quelques autres avaient un L, mais la plupart n’avaient rien que l’indicatif. « Que veut dire le R ? » nous demandâmes. « Relais ! » répondit le QRP. « Je ne peux pas les utiliser         pour le DXCC parce qu’ils sont connectés à des relais, mais les L sont bons »

Nous regardâmes encore mieux et dîmes, « Cette station à Hong Kong, s’il met un L après son indicatif ou si ce LA ou ce GD faisaient la même chose, et s’ils utilisaient le microphone de leur ordinateur et des enceintes, comment le saurais-tu ? »

« Comment je le saurais ? Comment je le saurais !! Je le sais parce que les radioamateurs sont honnêtes, spécialement les DXers. Aucun DXer pur jus ne penserait même à faire un truc comme ça. »

Nous le regardâmes pendant un moment et dîmes « Romeo était en Birmanie. » Il nous fixa avec un regard vide et dit « Quoi ? » Nous répétâmes doucement « Romeo était en Birmanie »

Il nous regarda un moment puis pris son appareil 2 mètres, débrancha son ordinateur des prises murales et commença à remballer le tout dans ses cartons. « Il n’y a aucune raison de parler à des gens comme vous » dit-il. « J’essaie de vous montrer comment le DX sera au nouveau millénaire et vous commencez à parler par énigmes. Romeo était en Birmanie. Qu’est-ce que ça veut dire ? »

Nous haussâmes nos épaules alors qu’il franchissait le pas de la porte. Cela ne sert pas à grand chose d’expliquer les Énigmes Éternelles du DX ou les Mystères des Âges à quelqu’un qui n’est pas prêt à les comprendre. Nous le regardâmes donc descendre la colline en tapant du pied avec son laptop et ses talkies sous le bras. Un jour il comprendra… mais encore une fois, peut-être que Romeo était vraiment aussi en Birmanie ! Le DX est !

Cliquez dans la QSL pour connaître l’histoire de Roméo…

DX Stories by Paul M. Dunphy, VE1DX. Traduction, adaptation, Philippe Serrano, F8BXI.

La version originale des histoires de DX de Paul Dunphy, VE1DX étant dans le domaine public, il en va de même pour les traductions effectuées ici.

2 réflexions sur « Tiret-L »

Laisser un commentaire