Les chiffres du radio-amateurisme en France, Avril 2017

Les données ci-dessous sont issues de l’annuaire ANFR à la date du 5 Avril 2017 (sauf erreur ou omission involontaire).

Pas de commentaire particulier si ce n’est, apparemment,  une perte de 1030 indicatifs depuis fin 2015…

À lire ci-dessous…

Correction 06/04/17 – 19H30 : comme indiqué dans les commentaires ci-dessous, les radioamateurs en liste orange ne sont pas comptabilisés. Il y en aurait environ 600 mais non vérifiable pour le moment.

Nombre de radioamateurs en France Métropolitaine et Corse12 298
Nombre de radioamateurs dans les DOM-TOM424
Pour un total de 12 722
Nombre total de radioamateurs à fin 2015 13 752
Ventilation par préfixes
F0481
F12 908
F2152
F386
F42 394
F52 862
F62 525
F8723
F987
TK80
FG53
FH3
FJ4
FK117
FM58
FO54
FP3
FR103
FS2
FW2
FY21
Ce contenu a été publié dans Général, Information, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à Les chiffres du radio-amateurisme en France, Avril 2017

  1. F1PSH dit :

    Bonjour,
    Chiffres très intéressants mais ils ne sont pas complets. Effectivement une perte de 1030 indicatifs peut paraitre énorme, mais il faudrait analyser cette perte : quelle est la proportion de décès, de suspension temporaire d’indicatif, d’étranger qui quittent la France ?
    Parallèlement il faudrait aussi donner le nombre de nouveaux indicatifs et regarder l’évolution. Il y a eu depuis août 2016, 60 nouveaux indicatifs… Depuis 2 ans le nombre de réussites à l’examen est en augmentation, il faut accentuer cette tendance, car elle ne suffit pas à inverser la courbe. Il y a plus de 350 indicatifs de radioclubs en France, tous ne sont pas actifs et tous ne font pas de la formation, mais il existe au moins un radioclub par département qui fait de la formation, avec 100 radioclubs, il suffit de 10 nouveaux par département et par an pour inverser la tendance. Il faut aller vers les jeunes, dans les écoles, les collèges, les lycées et porter la bonne parole…C’est l’affaire de tous et de chacun

  2. F4HTQ dit :

    Bonjour Philippe,
    C’est intéressant, mais une informations qui aiderait pas mal à mieux comprendre ce qu’il se passe, c’est la progression de la moyenne d’age.
    Au club nous avons pas mal de jeunes qui passent la licence ( et qui la réussissent), et les efforts de formations n’y sont pas étrangers.
    David.

    • F8BXI dit :

      Bonjour David,

      Oui, il y a plein d’informations intéressantes à tirer mais ces chiffres ne sont pas disponibles. Les infos de ce billet proviennent d’une extraction de la base de l’ANFR. Ce sont donc des données brutes sans aucune finesse. Nos associations — qui sont sensées avoir des relations privilégiées avec notre administration — devrait pouvoir obtenir ces données et nous en proposer des analyses…

  3. Gerard dit :

    Bonjour

    Cet écart de 1030 est en partie dû au fait que les indicatifs en liste orange ne figurent plus dans l’annuaire ANFR depuis début 2015.
    A cette époque, il y avait environ 650 radioamateurs en liste orange.

    Par ailleurs, dans son rapport annuel de 2015 page 46 l’ANFR indique :
    je cite « Le nombre de radioamateurs ayant reçu en décembre
    2015 leur redevance annuelle s’élève à 13 898 opérateurs
    enregistrés dont 336 radio-clubs actifs…. »

    soit : 13562 radioamateurs fin 2015 d’aprés l’ANFR.
    Si on rajoute à l’extraction (12722) disons 600 indicatifs en liste orange. On arrive à une diminution de 240 unités par rapport à fin 2015 ce qui, à mon avis semble plus proche de la réalité.
    Mais le fait est : ça diminue !

    Bien cordialement.

    Gérard

    • F8BXI dit :

      Bonjour Gérard,

      Effectivement, les listes orange ne sont pas listées. Cela manque de transparence alors qu’aujourd’hui on en est plutôt à tout mettre à disposition. Une demande légitime de nos associations à l’administration devrait être de mettre ces données ouvertes à disposition comme l’ANFR a pu le faire pour les données Carto à ma connaissance.

      La chut est donc moins pire…

      73 et merci pour la précision,
      Philippe

  4. Philippe dit :

    Chute moins sévère mais chute quand même.

    A mon humble avis de SWL des bandes radioamateurs, je pense que le pire est à venir car la grande majorité des actifs est d’un âge certainement avancé et l’éclaircissement des rangs va aller en s’accentuant.
    De plus, pour ceux qui ne basculent pas vers les contacts (radio ?) via IP et réflecteurs, la faiblesse de la propagation pour les années à venir va certainement en démobiliser plus d’un.
    A quoi bon entretenir du matériel et payer une redevance pour ne plus faire grand chose quand on a des rhumatismes.
    Si les tranches d’âge étaient connues, il aurait été possible de faire une projection.

    Pour moi, le vrai problème est que ce passe-temps est devenu majoritairement un passe-temps de communication et non plus un passe-temps technique (étant technicien de formation je me permets de dire cela).

    S’il vous plait, ne disparaissez pas tout de suite, juste le temps que je passe mon certificat d’ici 2 ou 3 ans quand je prendrai ma retraite, hi !

    73 à tous.

    Philippe

    • F8BXI dit :

      Bonjour Philippe,

      C’est inquiétant certes, mais il ne faut pas non plus y voir une disparition. Il faut comprendre que le chiffre de 20 000 radioamateur que l’on a pu connaitre à une époque était déjà anormal. Il a été possible en intégrant énormément de personnes venant du 27 et de la CB. Avec l’effet de l’âge et de l’érosion des personnes uniquement intéressées par la communication, il y a un retour à la normalité des chiffres.

      Ce n’est pas grave si nous atteignons 10 000 radioamateurs en France s’il y a un renouvellement par apport d’un sang neuf, nouveau et plus jeune que la moyenne d’âge actuelle. Il y a effectivement une génération qui va arriver ‘à échéance’ (désolé du terme mais c’est pour marquer les esprits de lecteurs non conscients du fait) dans les années qui arrivent et qui risque de faire mal dans les effectifs globaux mais aussi dans les effectifs du REF. D’où mes saillies régulières sur le sujet.

      Côté manque de technique, je vais publier incessamment sous peu un petit CR perso de Seigy 2017 et vous verrez qu’il y a encore de quoi faire… mais pas sur 40 mètres phonie ;-P

      73,
      Philippe

  5. F4DBD dit :

    Salut Philippe,

    Une chose que je constate depuis ces derniers mois en région parisienne, le 40 mètres me semble de plus en plus déserté par les français y compris le week-end. Il y a encore quelques années on entendait les chasseurs de DFCF et cie mais plus grand monde depuis le début de l’année. Pourtant « avant » même avec une météo défavorable il y avait du /P et du TMxxxxx à toutes les sauces.

    En VHF/UHF c’est aussi très très calme alors je me demande où sont passés les treize mille et quelques opérateurs ?

    Même sur internet la participation n’est plus ce qu’elle a été et les querelles de clochers font moins recette.

    Peut-être que tout cela va donner vie à une nouvelle forme de radioamateurs qui n’auront pas connu les travers et autres dérives des années 80/90 et qui seront moins portés sur le QSO « passe temps » et les polémiques stériles ?

    Il ne seront peut-être plus que 10.000 mais s’ils ont plus de choses en commun à partager alors le radio-amateurisme survivra.

    A suivre…

  6. Philippe dit :

    La question que je me pose en tant que simple Swl est de savoir s’il n’y aurait pas un nombre « critique » en dessous duquel les RA ne seraient plus représentatifs d’un réel groupe dans l’esprit du public (et éventuellement de l’administration).
    Il est clair que même si je vous rejoins à la retraite d’ici 2 à 3 ans, ce n’est pas moi qui vais inverser la courbe, hi.

    En attendant, je bosse 70h00 par semaine dans la technique et les logiciels (j’ai donc ma dose), je vous écoute et je gazouille très rarement en tant que rigolo-amateur sur le 27 et le 446.
    Au passage, le 446 est une bande qui incite beaucoup de personnes à « bricoler » au niveau des aériens (je sais, on est sensé avoir un portatif 0,5 W et une antenne non détachable…), une bonne chose pour éventuellement susciter un intérêt technique et pousser certains à s’investir pour passer le certificat.
    Merci au passage à certains licenciés qui éduquent sympathiquement mes congénères sur l’emploi des logiciels de modélisation d’antennes et répondent aux questions que les béotiens posent.

    Bon trafic à vous tous sur vos nombreuses bandes malgré la pauvreté de la propagation, si nous ne sommes pas morts d’ici là, peut être à un de ces jours sur vos bandes.

    Le radio rigolo de service ! ;-)
    Philippe

Laisser un commentaire