RSGB, Foundation Licence : un constat d’échec ?

ARRL_MakerFaire-1J’ai souvent pris la RSGB et sa Foundation Licence en exemple dans ce blog —  notamment dans ce billet et dans celui-ci, ce qui a donné lieu à des commentaires intéressants de Pierre, ON7PC qui a fait partie des OM qui ont mis en place la Licence de Base en Belgique — car les associations favorables à un retour à trois niveaux de licence et d’une licence novice, sont les premiers à vanter ce pays pour avoir aujourd’hui 80 000 licences.

Il se trouve que ces associations françaises partent souvent d’une information pour la transformer en brulot anti-REF car elles ne peuvent visiblement pas vivre uniquement sur leurs idées. Si le REF était absent du paysage, leurs idées seraient alors sur le devant de la scène et l’on s’apercevrait qu’en dehors d’un programme populiste au possible afin de ratisser le maximum d’adhérents tous azimuts, il n’y a aucune réflexion de fond. J’en veux pour preuve un billet récent d’une association d’anonymes que je ne nommerai pas puisqu’elle n’est faite que de pseudonymes et n’a donc pas besoin de publicité.

Cette dernière reprend une information diffusée par le site Southgate Amateur Radio News dans ce billet (il faut tracer l’info car l’honnêteté intellectuelle n’étant pas leur fort, il faut faire le boulot soi-même). Cette information a aussi été reprise par un SWL connu pour son poil dans la main afin de fustiger aussi l’association nationale comme à son habitude.

Revenons à cette information de SARN qui relaie en fait un billet d’un groupe radioamateur anglais, ESSEX Ham, qui promeut le radio-amateurisme dans ce comté du nord-est de Londres.

Que dit ce billet ?

Que la RSGB, par l’intermédiaire de l’éditorial d’août 2014 de RadCOM rédigé par son Président Graham Murchie G4FSG, publie des propositions sur un sujet récurrent :

« Comment attirer plus de jeunes dans l’activité ? »

Déjà, rien que sur cette question nous sommes amenés à tiquer un peu.

On nous serine depuis le début des années 2000 (création de la Foundation Licence UK) que LA solution ZE BIG solution pour attirer des jeunes c’est d’avoir une licence novice, très facile et avec plein de privilèges. Et là, la RSGB, ZE association la plus super intelligente d’Europe voir du Monde entier que nos associations militantes envient, se pose la question de savoir comment attirer plus de jeunes ? Cela veut-il dire que la Foundation Licence, si elle a rempli les compteurs du radio-amateurisme grand breton n’en a pas pour autant augmenter le volume de jeunes ? Il faut croire que non.

Voyons donc les propositions de la RSGB telles que décrites par ESSEX Ham :

1 – Construction pour la Fondation (Construction for Foundation)

Texte original : « It’s not until Intermediate that amateurs can design and build transceivers. Would an NoV to allow Foundation licence holders to do some limited design and construction, re-introducing the thrill of making something, not just using “black boxes”? »

Traduction F8BXI : Ce n’est pas avant la licence Intermediate que les radioamateurs peuvent concevoir et construire leurs transceivers. Est-ce qu’une évolution permettrait aux détenteurs de la Foundation licence de réaliser des conceptions et constructions limitées, ré-introduisant l’excitation de construire quelque chose, et ne pas seulement utiliser « des boites noires »  ?

Il faut savoir que pour les Foundation Licence, comme pour la licence de base ON3 en Belgique (rappelé ici par Pierre, ON7PC), les impétrants ne sont pas autorisés à construire leur matériel (sic !). Ils ont le droit de parler dans un micro, ont des privilèges en HF mais ne sont pas autorisés à construire leur émetteur !

On s’aperçoit donc que la RSGB revient elle-même sur une hérésie totale qui consiste à créer un examen ne pouvant donner le droit de construire son matériel ! C’est l’essence même de la définition du service amateur et des privilèges qui lui sont associés car, on doit tout de même le rappeler, les radioamateurs sont les seules personnes autorisées à construire du matériel d’émission/réception et de s’en servir sur le spectre hertzien autorisé sans devoir le faire contrôler ou valider par une instance quelconque.

Et ceci pour quel résultat ? 80 000 licences mais pas plus de jeunes pour ça ! Or, la licence Novice, qu’elle se nomme Foundation ou de Base, avait pour ambition que ce soit pour le REF, la RSGB ou l’UBA d’intéresser et de recruter des jeunes.

Si l’on veut « faire du chiffre » pour augmenter artificiellement le nombre de licences c’est assez simple : faire payer un droit d’accès d’utiliser des boites noires à tout le monde.

Pour recruter des radioamateurs dans le sens de la définition du service amateur et amateur par satellite c’est légèrement différent.

2. Licence Junior (Junior Licence)

Texte original : « The number of under 25s sitting Foundation has halved in the last decade. Would a “Junior” licence (low power 2m/70cm only) give youngsters the chance to try the hobby with a £30 handheld before diving into Foundation? »

Traduction F8BXI : Le nombre de moins de 25 ans en Foundation licence a diminué de moitié durant la dernière décennie. Est-ce qu’une licence « Junior » (faible puissance, avec seulement les 2m et 70cm) peut donner une chance aux jeunes d’essayer l’activité avec un portable à 30 livres avant de passer à la Foundation licence ?

Second constat d’échec de la Foundation licence. La RSGB, et l’UBA d’ailleurs comme le rappel dans le même billet, ON7PC, a donné beaucoup de privilèges pour un examen d’accès très facile. Non seulement cela n’a pas amené plus de jeunes mais en plus la proposition que fait la RSGB c’est d’abaisser encore le niveau pour que des jeunes (qui ont déjà tout ce qu’il faut pour communiquer gratuitement et sans contrainte ou presque)  accèdent à notre activité !

Autant dans la première proposition il est bien de se rendre compte de ses erreurs et de proposer des solutions pour corriger le tir, autant cette seconde proposition ne cadre pas du tout avec l’idée qu’un jeune doit se faire du radio-amateurisme. J’irai jusqu’à dire qu’il y a tromperie sur la marchandise en vendant un élément de communication là où il faut vendre un élément d’instruction et d’apprentissage !

3. De meilleures démonstrations (Better Demonstrations)

Texte original : « Should we change the way we show the hobby to the public? What would capture the hearts and minds of today’s smartphone generation? The RSGB is after ideas. »

Traduction F8BXI : Faut-il changer notre manière de montrer notre activité au public ? Qu’est-ce qui saurait attirer le cœur et l’esprit de la génération smartphone d’aujourd’hui ? La RSGB est à la recherche d’idées.

Ah, enfin une vraie question ! Puisque la question est bonne, je vais y répondre car, malgré ce qu’on lit ici et là, nous avons déjà commencé en France à tester de nouveaux terrains de jeux où se trouvent les meilleurs potentiels de jeunes, d’adolescents et jeunes adultes.

Oui, il faut absolument changer notre manière de montrer le radio-amateurisme au grand public ;

Oui, il faut arrêter de sauter sur la moindre foire à la saucisse pour faire de la soi-disant promotion de l’activité radioamateur ;

Oui, il faut cesser d’utiliser des indicatifs spéciaux pour tout et n’importe quoi sans aucun rapport avec la radio-amateurisme sous prétexte « de montrer ce qu’est la radio » ;

Oui, il faut montrer ce qu’est réellement le radio-amateurisme, ce qu’on peut y apprendre de technique et de construction, et arrêter de mettre en avant le seul trafic ;

Quelles sont les expériences réussies en France de promotion du radio-amateurisme et qui vont continuer à porter leurs fruits si nous savons convaincre nos radio-clubs et associations départementales de creuser le sujet ?

Je l’ai déjà écrit et en ai fait la promotion sur ce blog, dans les News de radioamateur.org, dans ma profession de foi, dans l’éditorial de Radio REF de Mars 2014. Les seuls endroits où nous trouverons des jeunes susceptibles d’être intéressés par nos activités, c’est d’une part dans les Maker Faire et d’autre part dans les HackerSpace et autre Hacklab.

Il y a seulement eu deux expériences de promotion du radio-amateurisme en France dans des Maker Faire. L’une à la Mini Maker Faire de St Malo qui a été un très grand succès pour une première, et la toute première Maker Faire Paris qui a aussi eu très bonne presse auprès des visiteurs. Et tous les exposants radioamateurs de ces deux manifestations se sont déjà déclarés prêts à réitérer l’expérience.

Vous avez été à Friedrichshafen ? Alors vous avez probablement vu le salon Maker World qui se tenait au même endroit aux mêmes dates.

Et ce bon vieux REF qu’on aime bien critiquer à longueur de posts car on ne sait pas trop quoi faire d’autre, a été la seule association radioamateur à communiquer sur ce salon. Un radioamateur du 88 a aussi écrit sur ce sujet sans que personne ne reprenne son information. Nos grands professionnels de l’information préfèrent sans doute reprendre des infos qu’ils comprennent.

Du côté des HackerSpace, des radioamateurs individuels ont déjà investi certains lieux,  montrent leur savoir faire et partagent des projets avec d’autres passionnés d’électronique, d’informatique, de réseau, … comme par exemple à l’Electrolab de Nanterre.

Bien entendu ce ne sont pas les seuls endroits — écoles, collèges, lycées, universités, … sont toujours intéressants à côtoyer sur le long terme — mais ce sont aujourd’hui les endroits prioritaires à investir pour faire connaitre notre activité pour ce quelle représente comme potentiel d’instruction, de créativité, d’innovation et de construction.

Nous ne pouvons plus arriver en conquérant comme dans les années 70/80 et comme la RSGB il faut trouver de nouveaux axes, de nouvelles idées pour recruter.

La facilité pour la facilité n’a jamais attiré les jeunes.

73 aux OM de bonne volonté, créateurs de valeur et soucieux de notre avenir.

Philippe

PS : les propos ci-dessus sont publiés en mon nom propre et non pas pour le compte d’une association. Malgré cela, ce sont les valeurs et les pistes de travail que je défends comme administrateur du REF dans les projets de promotion du radio-amateurisme.

PPS : je vous invite aussi à lire les commentaires du groupe ESSEX Ham à propos de ces propositions de la RSGB.

Ce contenu a été publié dans Association, Opinion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à RSGB, Foundation Licence : un constat d’échec ?

  1. Anonyme dit :

    Modéré : post moisi. Venez avec des arguments en lien avec ce billet. Prouvez-moi que mon analyse est fausse avec des arguments et des idées neuves. Merci pour le débat.

  2. Bernard Decaunes dit :

    Bonjour,
    Merci pour votre traduction et surtout vos commentaires dont je reoins la plupart (ind spéciaux, stand saucisse, carnaval, fête de la bière et consort!!!)

    Citation « Nos grands professionnels de l’information préfèrent sans doute reprendre des infos qu’ils comprennent. »
    Effectivement, les pigeonniers et autres lavoirs mis au devant de la scène en
    oubliant le reportage de Hamradio 2013-merci à qui vous savez-
    Malheureusement, il parait que c’est la démocratie qui fait des re élections depuis plus de 40ans!

    Personnellement, je pense qu’il y a bcp à faire (en fait tout!) dans le cadre du TPA où l’on « touche » les 10-12ans – même ci ici et là, on a changé l’esprit du TPA pour « donner » encore plus de vacances aux enseignants débordés et charger encore plus les communes.

    En dehors de ce qui se fait sur Lyon et Toulouse, il y a des quelques réussites locales dont malheureusement on ne parle pas souvent et qui mériteraient d’être fédérées.
    Mais voila, ça ne viens pas du REF, donc silence et circulez puisque, par exemple, il faut bien narrer les déplacements officieux -ex:ARA- Oui, je sais cela fera peut-être une voie à l’ITU..

    En attendant, les RC sont à la peine -en plus, plus de rétrocession-, le bulletin siphonne quasiment la moitié du budget, on n’arrive pas, où difficilement à envoyer de représentation sans parler de la maintenance du siège et avec les plus de Euros150 000.- restant, rien pour les jeunes?
    Ah si, on nous gave d’exemples, RSGB, ON, DL avec des tables rondes, mais pensez-vous que le REF serait aussi large d’ouverture pour accepter un organisme faîtier et fédérateur?
    A mon avis non, même plus, puisque il est devenu « interdit » de critiquer.

    Alors, des images de jeunes pris en mains avec organisation de séminaire comme le fait le DARC, on peut en voir aussi en France, mais à la différence que c’est organisé par la base -soit quelques « idéalistes » locaux.

    Bonne continuation et à en débattre à Marennes par exemple.
    Cdlt—Bernard—F6BKD—

  3. F8BXI dit :

    Bonjour Bernard,

    Et merci de votre commentaire. Je reprends quelques points en espérant être clair.

    – « On n’en parle pas si cela ne vient pas du REF » : nous faisons en sorte de diffuser des informations que l’on nous transmet que ce soit dans Radio REF qui est très demandeur ou dans le bulletin F8REF. Le site web du REF reste pour le moment centré dans la mesure du possible sur les informations autour de l’association, l’IARU, la tutelle, des évènements liées au REF, etc Nous allons mettre en place des outils plus appropriés pour diffuser de l’information des radio-clubs et des initiatives locales.

    – « Plus de sous pour la promotion/les jeunes une fois les factures payées » : c’est la première remarque que j’ai pu faire quand j’ai vu les premiers chiffres avant le CA financier en février dernier. Il est possible que les choses changent à l’avenir…

    – « Table ronde et pouvoir fédérateur au-dessus du REF » : pour que cela soit possible il faudrait que l’ambiance générale soit un peu plus pacifique et que la confiance puisse régner. Vous êtes suffisamment bien informé pour voir que nous en sommes loin.

    – « Il est devenu interdit de critiquer le REF » : :-) depuis que je connais la radio et le REF (1971/1972) je n’ai lu et entendu QUE des critiques. Je n’ai même pas le souvenir d’une seule fois où j’ai pu lire quelque chose ces 15 dernières années qui pouvait être une action positive du REF. Je vous l’accorde, je n’en ai pas trouvé non plus en 20 ans de REF-Union :-) et je n’ai lu que deux remarques positives de changement dans un forum par deux OM en tout et pour tout..

    Alors je ne vois pas où il est interdit de critiquer le REF ? En tous cas, si on doit le critiquer, il est mieux de le faire avec des arguments comme vous le faites ici et en évitant les procès d’intention continuel. J’ai critiqué le REF-u pendant 12 ans, fait partie du Refuthon du début à la fin, avant d’être aujourd’hui un administrateur du REF pour 3 ans. Alors côté critique, j’en connais un rayon ;-)

    « Images de jeunes, idéalistes locaux » : dans mon esprit, et je pense dans celui de beaucoup de monde impliqué dans l’associatif local, le REF doit être moteur sur des projets, des idées, mais la réalisation est, et a toujours été, l’œuvre des associations locales, départementales et des radio clubs. Et le REF doit aussi financer les projets qui sont, par principe, conduit par ses membres.

    Je ne serai malheureusement pas sur Marennes. Prochain déplacement à Tours pour Hamexpo en Octobre prochain.

    73,
    Philippe

  4. Ping : Les embrouilles du microcosme … | Politiquement incorrect

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>